Olympia_Mancini_by_MignardOlympe Mancini naît le 11 Juillet 1637 à Rome, en Italie. Elle est la fille de Lorenzo Mancini et de Geronima ou Girolama Mazarini. Elle est la troisième enfant du couple Mancini. Elle a déjà une sœur et un frère aînés qui se prénomment successivement, Laure-Victoire, née en 1635 et Paul, né en 1636. Olympe connaîtra encore trois sœurs, Marie, née en 1639, Hortense, née en 1646 et Marie-Anne, née en 1649, et deux frères également, Philippe, né en 1641, et Alphonse, né en 1644.

En 1647, Mazarin appelle sa sœur auprès de lui, pour qu’elle emmène ses enfants à la cour. Il espère ainsi les marier à de très beaux partis. Girolama vient d’abord avec les aînés : Laure-Victoire, Paul et Olympe. À son arrivée à la cour, Olympe est une jeune fille « maigre, avec un visage long, le teint brun et la bouche longue. Peu de temps plus tard, elle et sa famille sont obligés de s’exiler à cause de la Fronde, d’autant que leur oncle, le cardinal de Mazarin, était disgracié et sans pouvoir durant cette période. Ils retournèrent à la cour en 1652, après la Fronde.

À la cour, elle et sa famille sont placés sous la protection de la reine-mère, Anne d’Autriche. En 1654, elle prend du poids et un peu d'embonpoint. Son visage devient plus rond, sa bouche est devenue plus petite et son teint a blanchi. Même si Olympe n’est pas d’une grande beauté, elle n’est pas non plus désagréable à regarder. Vers cette même époque, à dix-sept ans, elle est remarquée par le roi de France, Louis XIV, qui a un an de moins qu’elle. Le roi de France commence alors à courtiser Olympe. D’ailleurs cette dernière commence à se comporter comme une reine. Elle sait comment distraire le roi et l’amuser. Olympe partage alors beaucoup des choses en commun avec le jeune roi. Tout comme lui, Olympe aime la danse. Pour elle, Louis XIV organise nombreux bals et fêtes somptueuses. Dérogeant à l’étiquette, il ira même à oublier sa propre cousine, Henriette-Anne d’Angleterre, invitant Olympe à danser  avec lui à la grande colère de la reine-mère. Olympe a alors un grand ascendant sur le jeune roi. Certains courtisans iront même jusqu’à penser que Louis XIV allait la marier.

En 1657, Louis XIV délaisse Olympe pour une toute autre jeune fille d’une grande beauté. Cette fille a pour nom Lucie de la Motte-Argencourt : elle est très jolie, même plus qu’Olympe, elle a toutes les critères de l’époque (elle est blonde aux yeux bleus) ce qu’Olympe Mancini n’a pas.  La relation amoureuse entre Louis et Olympe se termine alors en 1657, date à laquelle, Mlle Mancini épouse un certain Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, comte de Soissons, après avoir compris qu’être une simple maîtresse passagère du roi ne lui apporte rien à l’avenir. Le mariage a lieu en février. Mais voilà que six mois seulement plus tard, en août, elle donne naissance à un garçon, prénommé à sa naissance, Louis-Thomas. Certains laisseront penser que ce dernier serait le fils naturel de Louis XIV et qu’après tout, un enfant ne peut pas naître six mois seulement. Mais le comte de Soissons le reconnaîtra comme le sien. Après la naissance du petit Louis-Thomas, Olympe aura encore huit enfants qui seront tous les enfants légitimes de son époux :

·Philippe ( 1659 - 1686)

·Louis ( 1660 -1683)

·Emmanuel- Philibert ( 1662 - 1676)

·François-Eugène (1663 - 1736)

·Marie-Jeanne (1665-1705)

·Louise-Philiberte (1666-1726)

·Françoise (1667-1671)

·Philippe (1668-1693)

 
Après son mariage avec Eugène-Maurice, Olympe reste à la cour. Sa sœur Marie Mancini deviendra elle aussi la maîtresse du roi, suscitant la

olympe5

jalousie chez elle.

En 1660, Louis XIV se marie avec la jeune Infante de l’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche. Olympe obtiendra la charge de surintendante de la maison de la nouvelle reine. Il est possible qu'elle soit redevenue la maîtresse de Louis XIV car ce dernier ne s'était pas encore remis de sa rupture avec Marie Mancini et n’avait pas de sentiment pour son épouse. C’est vers cette même période que le roi remarque aussi leur jeune sœur, Hortense Mancini (certains penseront qu’elle deviendra une maîtresse passagère du roi).

En 1661, le jeune frère de Louis XIV dit Monsieur, épouse Henriette-Anne d’Angleterre. La duchesse d’Orléans sera aussi la maîtresse du roi mais pour peu de temps et sera délaissée par lui, au profit de l’une de ses demoiselles d’honneur, Louise de La Vallière. La comtesse de Soissons qui était pourtant l’ennemie jurée de la nouvelle duchesse d’Orléans, se lia d’amitié avec cette dernière, par la suite. Toutes deux veulent perdre Louise de la Vallière, nouvelle maîtresse du roi à partir de la conspiration d'une lettre. Cette lettre devrait être celle du roi d’Espagne écrivant à sa fille qu’elle devrait chasser la nouvelle favorite de son époux. Or, Marie-Thérèse ignorait ceci. Le complot allait être presque parfait lorsqu’il est déjoué à tant. Après cet incident, la réputation d’Olympe s’en trouva ternie et elle perdit à tout jamais la confiance du roi. La comtesse de Soissons se fait alors oublier. Elle voit à la cour, la succession des faveurs royales. De Mlle de Vallière, à la marquise de Montespan, de la marquise de Maintenon, à la duchesse de Fontanges. En 1673, elle se retrouve veuve de son époux, Eugène-Maurice.

Dans les années 1680, elle sort enfin de l’ombre. Elle vient d’être compromise dans l’Affaire des Poisons. Elle est accusée d’avoir tenté d’empoisonné la duchesse de La Vallière pourtant entrée au Carmel depuis 1674. Avec la complicité de Louis XIV,  la comtesse de Soissons devra quitter la cour délaisser sa charge de surintendante. En 1689, elle est soupçonnée d’avoir empoisonné la reine d’Espagne Marie-Louise d’Orléans nièce de Louis XIV. Disgraciée, bannie de la cour, Olympe Mancini s’en va pour les Pays-Bas Espagnols et cette fois pour de bon et s’éteint le 9 octobre 1708 à Bruxelles.