Charlotte1

Le 11 Mai 1594, Louise de Budos, seconde épouse d’Henri Ier, duc de Montmorency met au monde son premier enfant, une fille, qui est prénommée Charlotte-Marguerite. Charlotte vient alors d’une famille noble. Par son père, elle est descendante de la famille de Montmorency, l’une des plus grandes, illustres et anciennes maisons de France dont l'ancienneté remonte aux croisades. En 1598, Charlotte devient orpheline de sa mère, Louise de Budos, qui meurt dans d’étranges circonstances (peut-être d’un assassinat). Après la mort de sa mère, Charlotte est confiée à l’une de ses tantes qui lui élève convenablement et lui donne une éducation cultivée et pieuse. En 1608, elle entre au service de la reine de France, Marie de Médicis, épouse d’Henri IV. Alors que Charlotte-Marguerite est entrain de répéter à un ballet des nymphes de Diane, le 16 Janvier 1609, c’est à ce moment qu’elle est remarquée par le roi de France, Henri IV, qui est toute de suite foudroyé par la beauté de la jeune fille. Lui qui ne se consolait pas du départ d’Henriette d’Entragues, veut faire de Charlotte, sa nouvelle favorite en titre. Mais Charlotte est fiancée à François Bassompierre, qui est l’un des amis intimes et proches d’Henri IV. Le roi de France qui désire à tout prix que Charlotte soit sa maîtresse, fait d’abord annuler les fiançailles de celle-ci avec le marquis de Bassompierre et la marie à son neveu, le prince, Henri II de Bourbon-Condé. Henri espère de ce mariage, rencontrer le plus souvent possible la belle Charlotte quand son futur époux est réputé pour aimer la chasse et les hommes à la place de belles femmes. Le mariage a donc lieu le 17 Mai 1609 au grand déplaisir d’Henri II de Condé qui n’avait nullement envie de se marier. S’ensuit alors une longue correspondance entre le roi et la belle Charlotte-Marguerite. Le roi, d’une cinquante d’années, courtise la belle Charlotte, qui a à peine quinze ans, et celle-ci, sous le charme, se laisse aller. Mais son mari finit par lui aussi, tomber amoureux d’elle et lui qui ne supporte pas d’être la risée de la cour, s’enfuit de la Cour avec elle, pour la province. Mais Henri IV, amoureux éconduit, les suit, partout où qu’ils aillent, sous plusieurs déguisements, et tente de s’approcher de la princesse de Condé. Cette fois s’en est trop pur le prince de Condé, qui, dans une colère folle, emmène alors sa femme, malgré elle, à Bruxelles. Il la place sous la protection de l’Espagne, pourtant ennemie jurée de la France ! Serait-il pour Charlotte qu’Henri IV déclare la guerre à l’Espagne en 1610 ? Le roi envoie sa troupe (à leur tête il ya François-Annibal d’Estrées, frère de la défunte Gabrielle d’Estrées) en Espagne pour enlever Charlotte qui est toujours à Bruxelles contre sa propre volonté. Son époux, Henri II de Condé complote avec l’Espagne pour qu’il succède à

Charlotte2

Henri IV, au trône, une fois que celui-ci sera mort. Mais la reine de France, Marie de Médicis, prévenue, prévient l’ambassadeur de l’Espagne qui dénonce aussitôt le complot. Le plan d’Henri IV échoue ainsi. Le 14 mai 1610, Henri IV est assassiné par Ravaillac, sans avoir parvenu à ses fins, et Marie de Médicis devient régente au nom de son fils. Charlotte peut enfin regagner Paris. Son époux rentre en grâce par la reine-mère, Marie de Médicis. Mais le prince ne tarde pas à recommencer les intrigues et les complots contre la régente et son favori, Concini. En 1616, il est arrêté par le cardinal de Richelieu qui l’envoie à la prison de Vincennes. Une année plus tard, en 1617, Charlotte demande l’autorisation de rejoindre son époux en prison. Elle se rapproche enfin de son époux et tous deux, reprennent leur vie conjugale. Charlotte tombe très vite enceinte mas ne donne que d’enfants mort-nés. En 1618, elle faillit mourir dans un accouchement et est libérée de deux jumeaux mort-nés. Après, Charlotte, toujours en prison, donnera naissance à son troisième enfant, une fille, prénommée, Anne, future duchesse de Longueville. En Octobre 1519, Henri II de Condé, jure fidélité à Louis XIII et sort de prison. En 1621, Charlotte donne naissance à Louis, futur ‘‘Grand Condé’’. Et en 1629, elle donne naissance à son cinquième et dernier enfant. En tant que princesse cultivée, Charlotte-Marguerite fréquente beaucoup de salons mondains parisiens, tels que l’Hôtel de Rambouillet, où elle brille par son esprit et sa beauté. Elle vie souvent à la cour, où elle est appréciée par sa vertu. À la cour, elle ne se mêle pas d’intrigues contrairement à son frère cadet, Henri II de Montmorency. D’ailleurs ça lui coutera la vie, et il sera décapité en 1632 pour cause de trahison. Charlotte suppliera le roi de France, Louis XIII, de pardonner à son frère, mais en vain, il sera décapité. Après cet incident, Charlotte, peinée, quitte la cour pour de bon (elle n’y reviendra qu’après la mort de Louis XIII). Charlotte et son mari finiront par se séparer. Henri II de Condé la quitte, en emmenant avec lui leur fils aîné, le futur Grand Condé qu’il se charge de faire élever chez les Jésuites en Bourgogne. Charlotte restera aves les deux derniers : Anne et Armand, s’occupe avec soin d’eux. Charlotte de Condé est aussi une femme pieuse, tolérante. Elle est appréciée par la reine de France, Anne d’Autriche mais se refuse d’aller dans ses coteries pour ne pas s’attirer des ennuis. En 1636, son fils aîné revient enfin à Paris, puis s’initie dans les armes. En 1641, pour rentre en grâce par Richelieu, le prince de Condé marie son fils aîné, à la nièce du ministre, Claire-Clémence de Maillé-Brézé. Mais la nouvelle

Charlotte3

épouse est tout de suite délaissée par son époux et de plus Charlotte n’aime pas sa belle-fille. En 1642, sa fille épouse le duc de Longueville, un grand seigneur à sa grande joie. Le 14 Mai 1643, Louis XIII meurt enfin. Anne d’Autriche devient régente au nom de son fils, Louis XIV. Charlotte revient enfin à la Cour. Jouissant du grand estime de la reine Anne d’Autriche, elle est choisie d’être la marraine de son fils, Louis XIV. Le 18 mai 1643, son fils Louis se couvre de gloire en écrasant les Espagnols à Rocroi (exploit qu’il renouvellera en 1648 à Lens). En 1646, Charlotte devient veuve du prince de Condé et est très contente d’être enfin libre. Son fils aîné, devient alors Louis II prince de Condé. Il sert le jeune roi avec fidélité, le protégeant comme un frère, mais n’apprécie pas en retour, Mazarin. La reine n’aime guère Madame de Longueville. En 1648, la Fronde éclate. Le Grand Condé reste au côté du roi, mais sa sœur et son frère : Anne de Longueville et Armand de Conti passent du côté des frondeurs. Charlotte ne se mêle pas de politique. Malgré que ses enfants soient frondeurs, Charlotte continue à rester fidèle Anne d’Autriche, et suit la Cour dans toutes ses épreuves. Mais en 1650, son fils aîné, le Grand Condé devient aussi un frondeur, Charlotte en éprouve du profond chagrin. En Janvier 1650, Mazarin fait arrêter ses fils et le mari de sa fille. Sa fille, Anne de Longueville s’enfuit de la France. Charlotte-Marguerite, princesse douairière de Condé, s’éteint à Paris le 2 Décembre 1650, sans avoir revu ses enfants.

 

Cette biographie a été rédigée en collaboration avec le site Histoire-et-secrets.com